.

.

13 juin 2010

Cette fois je crois que nous sommes complètement ca y est.

Ca fait des jours que je suis sur l'écriture de mon chef d'oeuvre, une nouvelle note, dont le sujet n'est autre que ma nouvelle égérie ! Qui est-ce, qui est-ce, vous demandez-vous crevant d'impatience ? Qui est cette princesse inconnue ? Ca restera un mystère - encore quelques semaines, peut-être des années. Ca aurait du être aujourd'hui, mais vous ne pouvez pas rester sans faire la connaissance d'un monsieur que j'ai croisé hier, et qui mérite autant que beaucoup sa place aussi.

Avant tout, je voudrais m'excuser, quand je dis "Vieux", ça peut paraitre péjoratif, méprisant voir insultant pour des fans de jeunesses (et de jeunettes ?), pour des éternels beaux gosses qui ne reculent devant rien et surtout pas devant l'âge. Mais pas du tout. Avant tout, je tiens à le dire, j'aime les vieux. Pas tous, évidement, mais quand même, ils m'émeuvent.

Il était là, les fesses à l'air, en travers de la porte à parler avec la plus grande délicatesse de "Premières fois" diverses, entourée de ses commentatrices habituelles - là, encore, d'aucuns, méchantes, n'hésiteraient pas à leurs consacrer une note désagréable, mais je suis d'humeur si nostalgique que la haine ne m'atteint pas ! - lorsque me revint soudain un flash du passé, un de ces souvenirs fugaces mais intenses, qui ne disparaissent vraiment jamais.

Son visage sournois, aperçu sur des photos perdues, son air de Nosferatu  en plein soleil, errant de blog en blog pour l'éternité. Cet homme m'a toujours perturbé, et fait peur je dois l'avouer. Tout était violet et rose, les mots désalignés, les images qui se suivent, sans lien, sans rien, c'est assez horrible. Et il enchaine, année après année, les mêmes notes déglinguées, entre littérature, philosophie, et vie de famille. Si vous avez le temps, il y a des notes fantastiques, de quoi cracher des nuits entières, mais pas ici, les commentaires sont faits pour ça. [C'est tellement une star qu'il a du ouvrir le même blog mais sur une autre plateforme pour gérer son flux de visiteurs, fou, non ?]

Après ce retour dans le passé, je suis soudain déçu de mon nouveau vieux. Il a beau faire des efforts, il sera toujours derrière. Ca doit être le côté romantico-sexuelle tendance fin de vie qui m'échappe, qui manque justement de cette vie qui m'allume, qui alimente ma douce tendresse.

Si jamais, vous vous passionnez, il y a tout un réseau !

Posté par Flusch à 13:51 - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

    hum,
    une saison plus tard,
    c'est un bloggeur lui aussi plus trop jeune (sauf dans son feeling) qui dépose le premier com...
    Bon, alors, comment évolue ce chef d'œuvre ?

    Posté par Monsieur Jef, 17 octobre 2010 à 21:03
  • Plus d'un an !

    Posté par Gling, 22 juin 2011 à 16:37
  • Méchant, mais pas productif. C'est dommage.
    Je dirais presque que Flusch me manque.
    Mais ça m'écorche la gueule. Alors non.
    Bises, quoi qu'il en soit.

    (La vieille Dvotchka).

    Posté par Eve, 13 juillet 2011 à 05:31

Poster un commentaire